Un soutien commun a été apporté au processus de transition civilo-militaire en cours dans le pays, mais une fermeté a été aussi affichée concernant la durée de la transition.

« La France ne laissera jamais personne, ni aujourd’hui, ni demain, remettre en cause la stabilité et l’intégrité du Tchad », a promis le président français Emmanuel Macron dans son oraison funèbre. « Cher Président, cher Maréchal, cher Idriss (…) vous avez vécu en soldat, vous êtes mort en soldat, les armes à la main », a-t-il poursuivi. Mais, à l’attention du Conseil Militaire de Transition( CMT) présidé par le jeune général Mahamat Déby, il a appelé à promouvoir la « stabilité, l’inclusion, le dialogue, la transition démocratique ».

Le chef de l’État français avait rencontré plus tôt les présidents sahéliens pour évoquer cette transition. Alors que la charte, publiée mercredi 21 avril, confère les quasi pleins pouvoirs au président du conseil militaire, le président Macron et ses homologues sahéliens ont insisté sur le fait que cette transition devra s’appuyer sur d’autres organes que le seul conseil militaire.

« Tout le monde est bien conscient que le volet civil de la transition devra avoir des pouvoirs importants et qu’il faudra avoir un équilibre satisfaisant entre le comité militaire de transition et le dispositif civil qui se mettra en place », explique-t-on dans l’entourage du président français.

L’objectif étant, toujours selon cette même source, « d’embarquer l’ensemble des forces politiques et de la société civile tchadienne pour que la transition puisse fonctionner ». Sur la durée de la transition, Sahéliens et Français se sont voulus fermes : dix-huit mois, pas plus.

Emmanuel Macron n’a pas prévu de rencontrer, lors de ce déplacement express, des responsables de l’opposition ou de la société civile, mais son entourage assure que des contacts ont été pris avec des représentants de la classe politique tchadienne pour, explique-t-on, entendre tous les messages. 

 le président congolais Félix Tshisekedi a rendu hommage à Idriss Déby en parlant de sacrifice pour son peuple. Le président de la RDC, également président en exercice de l’Union africaine, a invité le peuple tchadien à l’unité et au respect des règles démocratiques édictées par la Constitution.

Chers tchadiens, puisse le sacrifice consenti par le président Idriss Déby Itno cimenter votre unité

Le président congolais Felix Tshisekedi

« Vous êtes mort en soldat »

Dans son hommage au président défunt, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré a insisté sur l’engagement militaire commun au Sahel. « Je voudrais saluer l’engagement du président Idriss Déby Itno dans le combat difficile que nous avons mené ensemble contre le terrorisme au Sahel et dans le bassin du lac Tchad, et que nous poursuivrons en sa mémoire. »

Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina

Après ces hommages et une prière au mort prononcée dans la grande mosquée de Ndjamena, la dépouille d’Idriss Déby a été remise à la famille. L’inhumation aura lieu dans l’intimité du cercle familial à Amdjarass, le village d’origine du président défunt.

Les officiels chefs d’États et de gouvernement quant à eux ont commencé à quitter Ndjamena après cette cérémonie d’hommage et d’éloge funèbre.

AFP

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
English EN French FR