Il avait quitté son pays en 2011, qu’il avait été contraint de quitter il y a dix ans . Ce jeudi 17 juin 2021, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo est attendu en milieu d’après-midi à Abidjan, trois mois après son acquittement définitif par la Cour pénale internationale.

Des victimes de la crise de 2010-2011 s’inquiètent cependant de son retour et dénoncent une réconciliation qui se fait au prix de l’impunité.

Laurent Gbagbo reste sous le coup d’une condamnation en Côte d’Ivoire à vingt ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) commis à cette époque. Pour le Collectif des victimes de Côte d’Ivoire (CVCI), cette peine doit être exécutée.

En annonçant début avril qu’il était libre de rentrer quand il le souhaitait en Côte d’Ivoire, le président Ouattara n’avait pas mentionné cette condamnation, mais Amadou Coulibaly, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, a laissé entendre qu’elle serait levée. Le CVCI a annoncé qu’il manifesterait à l’arrivée de Laurent Gbagbo.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
English EN French FR